On Air
Publicite La Pub
Home
  • Home
  • ACTUALITE
  • Mike Pryor : « Les entreprises sociales sont un peu l’avenir du développement durable »

Mike Pryor : « Les entreprises sociales sont un peu l’avenir du développement durable »

7 mai 2018 ACTUALITE


L’ambassade des États-Unis au Togo, en partenariat avec le groupe Ecobank Transnational Incorporated (ETI) et la société ALAFFIA organisent le 11 mai prochain dans la capitale togolaise, Lomé, une conférence internationale consacrée à l’entrepreneuriat social. Les organisateurs comptent promouvoir cette option au Togo et sur tout le continent africain, surtout dans les pays où l’entrepreneuriat social est encore peu connu. Dans cet entretien, Mike Pryor, directeur de la Section Affaires publiques de l’ambassade des États-Unis à Lomé, revient sur les attentes placées en cette conférence, mais également sur les avantages de l’entrepreneuriat social au Togo.

 

LTA : Avec le groupe Ecobank et la société ALAFFIA, vous organisez une conférence internationale sur l’entrepreneuriat social le 11 mai prochain à Lomé. Pourquoi une rencontre de ce genre à Lomé et quels en sont les enjeux ?

Mike Pryor : Avec notre partenaire Ecobank, nous avons pensé que la sphère de l’entreprise sociale est encore trop peu connue ici alors même qu’il existe des entreprises très connues, telles que Alaffia, qui réinvestissent une bonne part de leurs bénéfices dans les œuvres sociales dans les régions du Togo, participant ainsi à un développement inclusif et durable des communautés.

Nous nous sommes alors dit qu’une conférence pour mettre en avant ces entreprises et expliquer leur modèle social serait bénéfique et pour les populations et pour ces entreprises elles-mêmes. L’enjeu est surtout de mieux faire comprendre le modèle social aux participants, mais aussi aux décideurs. Nous espérons notamment, grâce à cette conférence, contribuer à clarifier le statut juridique des entreprises sociales au sein de l’OHADA.

 

Quelle différence faites-vous entre l’entrepreneuriat «classique» et l’entrepreneuriat social ?

La différence fondamentale réside dans l’objectif de chacune de ces entreprises, c’est-à-dire le profit ou l’impact social. Une entreprise sociale est une organisation qui applique des stratégies commerciales pour maximiser l’impact social, plutôt que les profits.

Ce modèle novateur combine la mission sociale d’un programme sans but lucratif ou gouvernemental avec l’approche axée sur le marché d’une entreprise. Cela donne la souplesse nécessaire pour résoudre les problèmes sociaux et créer un développement durable d’une manière que les organisations traditionnelles à but non lucratif ou les programmes d’aide gouvernementaux n’ont pas réussi à faire.

 

Quels sont les profils des participants attendus à cette conférence ?

Nous souhaitons la participation des décideurs togolais, des chefs d’entreprises (sociales ou pas), des juristes d’affaires, de développeurs de solutions technologiques au profit du business, de responsables communautaires et plus largement des agents de développement.

 

Quel impact pourrait avoir l’entrepreneuriat social en matière d’emploi des jeunes au Togo ?

Nous savons que de nombreux jeunes togolais, malgré les difficultés qu’ils peuvent rencontrer au quotidien, se battent pour réussir leur vie et pour faire progresser leurs communautés. Nous pensons que les entreprises sociales sont un peu l’avenir du développement durable, développement qui tient aussi compte de l’humain.

Nous pensons enfin aussi que le  processus d’innovation et les stratégies innovantes de promotion et de soutien de l’entreprise sociale qui se mettent de plus en plus en place, comme cette conférence que nous organisons, vont contribuer à susciter un intérêt croissant, non seulement parce que le nombre des entreprises sociales va se multiplier, mais également parce que l’entreprise sociale sera désormais reconnue sur le plan législatif. Ce qui va faciliter le financement des entreprises du secteur et leur offrir plus de visibilité facilitant ainsi l’éclosion d’un écosystème très favorable à la création de richesses locales et à l’emploi des jeunes.

 

Les entreprises sociales constituent donc des vecteurs pour le développement durable…?

Vous abordez là une question très importante qui explique aussi en partie les raisons pour lesquelles nous organisons cette conférence. Nous savons tous qu’au Togo comme dans l’ensemble des pays en développement, le secteur privé, y compris l’informel, constitue le principal moteur de la croissance économique. Dans ce contexte, les entreprises sociales forment un rouage essentiel de la création d’emplois et de richesses, permettant ainsi d’améliorer la qualité de vie des populations.

 

L’évènement est placé sous le thème «Innover, impacter et développer dans la solidarité». D’après vous, quels sont les défis auxquels l’entrepreneuriat social fait face au Togo ?

Le premier défi reste celui du cadre juridique. Mais il y a certainement des défis liés au financement et autres. Notre conférence permettra justement, à travers les différents panels, de relever tous ces défis, y compris au niveau régional, et de leur trouver des solutions durables.

 

Au-delà de la conférence, les jeunes togolais, potentiellement intéressés, auront-ils la possibilité d’être accompagnés dans leurs projets par un y programme d’appui technique ou financier ?

De nombreux partenaires locaux et internationaux participeront à cette conférence. Ce sera autant d’opportunités pour les participants pour pitcher leurs projets auprès de partenaires potentiels.

Propos recueillis par Emmanuel Atcha pour La Tribune Afrique


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *